Article

Un clic significatif et révélateur

Les innombrables moyens utilisés par Dieu pour atteindre les cœurs incluent-ils les réseaux sociaux ? À en croire l’histoire d’Aurélie Tossé, l’omnipotence de Dieu peut surprendre l’entendement humain.

Les répercussions implacables de la pandémie ont provoqué une situation inédite à Maurice : le confinement. Véritable chamboulement dans la vie de tout un chacun, la période de couvre-feu a cependant comporté également des aspects positifs, particulièrement au niveau familial. Ce n’est sans doute pas Aurélie Tossé qui dira le contraire. En effet, cette mère au foyer s’est non seulement rapprochée de ses deux fils, mais a trouvé la lumière dans ce moment sombre où la crainte liée à l’épidémie avait plongé le monde dans l’incertitude.

Pourtant, rien ne laissait présager que rester enfermé à son domicile apporterait une dose indéniable de bien-être à sa vie. Imposé par la pandémie, le confinement de cette habitante de Stanley alternait entre la souffrance et la recherche d’espoir et de guérison. Toutefois, c’était sans compter avec les paroles du Psaume 46, qui déclare que « Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse ». 

Ce soir de début avril, pouce en avant, Aurélie Tossé parcourt, comme à l’accoutumée, son fil d’actualités sur sa page Facebook. Souhaitant s’informer sur l’évolution de la covid-19, elle tombe sur une vidéo partagée par l’un de ses contacts. « C’était une prière d’intercession, et ceci m’a fait beaucoup de bien. Ce clic a été déterminant », avoue Aurélie Tossé. Touchée par les mots du Pasteur Arnaud Moorooven, qui s’affairait à partager la Parole de Dieu depuis sa chambre de quarantaine, elle répond à l’appel de ce dernier pour le rendez-vous en ligne de chaque soir. Dans sa quête d’étancher sa soif de connaissance, Aurélie Tossé consulte la page du Diocèse adventiste de Maurice, et d’autres qui y sont également associées. « Les réseaux sociaux ont indéniablement été très utiles durant la période de confinement. Il faut faire ressortir que d’autres dénominations ont également prôné leur utilisation, tandis que les églises étaient fermées. Ceci a non seulement permis de rester en contact avec la Parole de Dieu, mais aussi avec nos semblables », tient-elle à souligner. Suivant le fil de sa pensée sur l’apparition des réseaux sociaux et leur importance pour partager la Parole de Dieu, Aurélie Tossé affirme que ceci « permet d’avoir un support pour s’accrocher. Nous avons été témoins, à travers les vidéos partagées, de même que les nombreux posts sur Facebook, du fait que les gens étaient paniqués et stressés. Il était essentiel de savoir que nous avons un appui et un soutien, Dieu lui-même, dans ces moments périlleux. »

Cette prise de contact virtuel avec la Parole de Dieu a d’ailleurs débouché sur ses premiers pas dans une église. C’est le 15 août dernier qu’Aurélie Tossé a décidé de faire le grand saut, accompagnée de sa belle-mère. Pendant trois semaines, elle s’est rendue à l’église de Rose-Hill, dont la cour abrite les bureaux de la Fédération adventiste de Maurice. Depuis, elle se rend chaque sabbat à l’église de Camp-Levieux. La covid-19 a irréfutablement changé sa vie. Désormais, elle utilise les réseaux sociaux différemment : en partageant des textes bibliques, des vidéos ou des chants spirituels, elle espère qu’avec l’intervention de l’Esprit-Saint, d’autres personnes feront leurs expériences selon la volonté de Dieu.

 

Steff Chineegadoo

Directeur des Communications FEAM

Retour à la liste